Katia Polles

Dés qu’elle est sortie de son ventre, les yeux dans les coins, sa mère s’est écriée : « Waouh ! Quel étrange petit bébé »
Dés qu’elle est allée à l’école, vêtue de sa cape jaune canari et d’une queue de lapin qu’elle traitait comme son chien, les autres enfants et la maîtresse se sont dit « waouh quelle étrange petite fille ». Lorsqu’elle est entrée dans la vie professionnelle en exerçant différents métiers de serveuse, d’éducatrice, animatrice, attachée de presse…, ses collègues se disaient « Oh ! Comme elle est étrange cette jeune femme, elle parle au puzzle, craque sa jupe en plein service, se déguise en oiseau pour consoler les enfants tristes, colle les étiquettes à l’envers… »
« Et bien ! Si je suis si bizarre, il me faut un métier bizarre ». Un jour cette pensée s’est glissée dans son singulier cerveau. Ainsi, elle a enchaîné les cours de théâtre, de clown, d’improvisation théâtrale, de commedia dell’arte, encouragée par la phrase d’un professeur : «  Ah toi ! Tu ne fais pas semblant. Tu es vraiment à côté de la plaque ». Ces mots avaient la couleur d’une fleur aux pétales dorées. C’est après avoir intégré une troupe de conteurs « les Baladons » qu’elle a décidé qu’inventer et raconter des histoires deviendrait
son métier. Mais pas n’importe quelles histoires : celles inspirées de ses origines juives. dont on ne comprend pas forcément le sens qui ont goût d ‘absurde et de fantaisie.

Depuis lors, elle marche sur le chemin de l’imaginaire, accompagnée d’artistes de tout bord, marionnettistes, clowns, conteurs, danseurs, qui l’aident à incarner dans son corps son
monde étrange, pour qu’il devienne vivant. Car son souhait le plus grand, c’est qu’en l’écoutant, le public soit transporté dans un ailleurs où chacun aurait la sensation de glisser sur une peau de nuage et de siroter un jus de coquelicot pimenté d’étoiles.

Le site : http://katiapolles.com